Approche palliative


Titre du rapport : L'approche palliative : Améliorer les soins pour les Canadiens atteints d'une maladie limitant l'espérance de vie (août 2012)


Alors que le nombre de personnes qui auront besoin de soins palliatifs intensifs ou tertiaires assurés par des équipes de soins palliatifs spécialisées représente une faible proportion de la population, quiconque doit affronter une maladie limitant la qualité de vie ou grave devrait pouvoir bénéficier des autres aspects des soins palliatifs. Être diagnostiqué comme « étant proche de la mort » ne devrait pas être le déclencheur de soins palliatifs parce que de trop nombreuses personnes dont la vie est menacée et qui meurent « subitement » ne recevront pas les soins qui auraient pu améliorer leur vie ou leur mort. Une approche palliative pourrait et devrait plutôt être intégrée aux soins donnés à des personnes atteintes d'une maladie chronique et limitant la qualité de vie et aux personnes fragiles et vulnérables face aux infections ou dont les chutes pourraient accélérer la mort. Ces soins palliatifs intégrés devraient être prodigués par des praticiens de soins primaires, de soins chroniques et de soins de longue durée au tout début de la maladie (c.-à-d., très tôt après le diagnostic) et tout au long de la maladie du patient. Ce document travail soumet le cas d'utilisation d'une approche palliative intégrée, définit les soins palliatifs et une approche palliative et précise les avantages de cette approche.

Pour consulter un bref complément d’information sur ce document de travail, cliquez ici

Pour lire le document de travail intégral, cliquez ici  

À votre attention

  1. Comment une transition dans les soins peut-elle devenir plus harmonieuse et mieux intégrée dans les institutions afin que les patients et les familles aient accès aux soins dont ils ont besoin tout au long de leur maladie?
     
  2. Existe-t-il certains patients, comme ceux atteints de démence, qui éprouvent peu de problèmes physiques et aucun ennui avec la gestion de la douleur et dont les besoins en soins palliatifs peuvent être gérés essentiellement par des prestataires de soins primaires tout au long de leur vie? Y en a-t-il d'autres qui, en raison du cheminement de leur maladie, tireront avantage à avoir été orientés vers des services spécialisés de soins palliatifs au moment opportun de leur maladie?
     
  3. Comment assurer l'accès d'une approche palliative cohérente au Canada?